Le forum des Enfants de l'Orchidée
Bienvenue sur notre forum !
Afin de pouvoir nous poser des questions, demander des renseignements, partager vos expériences, inscrivez-vous !
Amicalement
Les Orchidées
Le forum des Enfants de l'Orchidée

Seule association en France d'aide aux Tiers dignes de confiance
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anciens faits divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:09

VIOL D'ENFANTS SUR INTERNET

Source = DH net article de Nawal Bensalem

Un étudiant belge de 22 ans avait créé un site de pédophilie particulièrement hard et vendaitdes images à travers le monde

LOUVAIN C'est sur un gros poisson que sont tombés les agents de la
Computer Crime Unit bruxelloise. Un étudiant limbourgeois de 22 ans,
qui depuis son kot à Louvain diffusait via son ordinateur des images
pédopornographiques aux quatre coins de la planète. Le jeune homme,
inscrit en première année universitaire en informatique, proposait des
photos mais également des films aux scènes axées uniquement sur des
abus d'enfants. Sans aucune gêne, le garçon vantait même sur son site
la qualité d'images de bébés violés. Un simple clic suffisait à y
accéder.

Le jeune homme depuis son kot établissait un véritable business autour
de ces images choquantes. Son site web a ainsi été visité par des
centaines de pédophiles étrangers. Les données sur ces personnes ont
été transmises aux polices de ces pays. Pour espérer passer inaperçu,
le jeune homme utilisait un serveur basé en Scandinavie. Il avait ainsi
plusieurs centaines de clients. Chez nous, des perquisitions sont déjà
programmées chez plusieurs d'entre eux. Contrairement à ce que l'on
aurait pu croire, il ne s'agit pas ici du premier site Internet
découvert en Belgique via lequel est diffusée de la pédopornographie.
"C'est en effet un des rares sites pédopornographiques dont l'extension
est un .be. Il y a quelques années, un site nommé www.pédophilie.be
avait également été repéré par nos services. Quelques heures après sa
création, nous l'avions fait fermer", souligne le commissaire
divisionnaire Luc Beirens, responsable de la Federal Computer Crime
Unit. La FCCU, via notamment les dénonciations enregistrées sur le site
ecops, a ainsi ouvert 840 dossiers de forums et sites au contenu
pédopornographique l'année dernière. De plus, 91 auteurs de propos
pédopornographiques sur Internet ont pu être identifiés, dont 77 en
Belgique. Pour ce qui est de la gestion belge de sites du genre, 15
serveurs ont été identifiés l'année dernière chez nous, contre 18 en
2004 et 45 en 2002. "Visiter ces sites et en collectionner les images
fait de vous un distributeur également, vu que vous poussez à la
production de ces images pédopornographiques et risquez donc 5 à 10 ans
de prison", conclut Luc Beirens.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:10

L'ANTRE DE LA PERVERSITE

Source : DH net article de V.F.

Un Nivellois diffusait sur Internet des photos pédopornographiques

NIVELLES C'est une unité de la police allemande l'Internet, qui a donné
l'alerte. Depuis Stuttgart, les cyberflics allemands avaient repéré un
Belge connecté via Skynet et opérant sous un pseudonyme pour diffuser,
sur un site tiers, des photos pornographiques mettant en scène des
enfants. Trente photos avaient été mises en lignes le 5 avril 2005,
puis une vingtaine deux semaines plus tard.

L'adresse mail de l'auteur a pu être identifiée par les spécialistes,
et les policiers belges ont débarqué chez Dominique S., à Nivelles.

Une perquisition doublement pénible : dans leur P.-V., les enquêteurs
décrivent le désordre et les conditions d'hygiène douteuses qui
régnaient sur place : dans la chambre, ils ont eu du mal à localiser le
lit ! Au milieu de tout ce qui était entassé, il y avait des bouteilles
de plastique pleines d'urine.... Mais surtout, dans toutes les pièces,
au milieu du bazar, il y avait des dizaines de photos, de revues, de
dessins et de vidéos à caractère pédopornographique. "Une véritable
caverne de la perversité, a commenté la substitute devant le tribunal
correctionnel de Nivelles. Il y en avait partout et les enfants les
plus jeunes que l'on pouvait voir sur ces photos étaient âgés d'à peine
quatre ou cinq ans. C'est atroce, avec des scènes de zoophilie, de
scatologie..."

Les policiers ont également appris que Dominique S. recevait
régulièrement chez lui les enfants de son frère. Lesquels n'auraient
été victime d'aucun abus, mais tous les documents ignobles entassés
dans le capharnaüm étaient à portée d'yeux.

Les mômes jouaient aussi sur l'ordinateur contenant des centaines de fichiers illégaux, accessibles d'un simple clic.

Le tribunal a condamné hier le Nivellois à 3 ans de prison ferme et à une amende de 2.500 euros.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:10

16 MOIS POUR AVOIR ENFERME SA FILLE DANS UNE CAGE A CHIENS

Un Liégeois de 47 ans a été condamné vendredi à une peine de 16 mois de
prison ferme par le tribunal correctionnel de Liège pour avoir infligé
à sa fille âgée de 12 ans des traitements inhumains et dégradants. Pour
la punir, il l'avait enfermée dans une cage de transport de chien et
munie d'un collier pouvant provoquer des décharges électriques.

Les faits reprochés au prévenu s'étaient déroulés dans la nuit du 24 au
25 février 2007. Ce sont des éducatrices et des institutrices qui ont
révélé les faits après avoir recueilli les confidences de la jeune
fille. Agée de 12 ans, celle-ci, à sa demande, était en plein processus
de réintégration auprès de son père après avoir connu des soucis
familiaux.

Mais son père, le tenancier d'un chenil, lui reprochait d'avoir commis
des bêtises, comme le vol d'un GSM. Alors qu'il était ivre, il avait
décidé de la punir et de l'enfermer dans une cage de transport de
chien. Il avait muni sa fille d'un collier pouvant transmettre des
décharges électriques. Il lui avait également jeté de l'eau alors
qu'elle était dénudée dans la cage. Ensuite, prenant un couteau et le
posant sur sa main, il avait expliqué qu'il était fréquent de couper la
main des voleurs dans certaines civilisations.

La jeune fille a estimé que son calvaire avait duré plus de deux
heures. Mais le père, reconnaissant la gravité de la situation,
prétendait que la capture n'avait duré que 20 minutes. Il justifiait
son geste par un moment d'égarement vécu dans un contexte
d'exaspération. Le prévenu était en état de récidive légale, son casier
judiciaire relevant de nombreuses condamnations pour violences, faits
de moeurs et vols. Il a été condamné à une peine de 16 mois de prison
ferme, le tribunal refusant de lui accorder la peine de travail
réclamée par son avocat.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:11

RECONNUE COUPABLE

Une femme de 31 ans, reconnue coupable d'avoir tenu son garçonnet de 7
ans pendant que son amant le violait, a été condamnée mardi à 3 ans de
prison, dont un an ferme, par le tribunal correctionnel de Roanne
(Loire).
Les faits s'étaient déroulés à Roanne pendant les vacances de Noël 2003 alors que la mère avait la garde de son fils.
Relevant normalement de la cour d'assises, les faits avaient été
correctionnalisés après le décès du concubin au cours de la procédure.
La mère, qui a effectué un an de détention provisoire dans cette affaire, ne retournera pas en prison.
Le garçonnet, aujourd'hui âgé de 11 ans, a déclaré en pleurant à la
barre que ce n'était "pas suffisant" et que sa mère méritait "40 ans de
prison" pour ce qu'elle avait fait.
Celle-ci qui, après avoir reconnu les faits devant le juge
d'instruction, les a niés devant le tribunal, a été condamnée à verser
11.500 euros de dommages et intérêts à son enfant.
Elle sera en outre soumise à une mise à l'épreuve de trois ans
comportant une obligation de suivre des soins psychiatriques, de
travailler ou de suivre une formation.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:11

LA SUISSE ...

Une jeune mère jette sa fille de sept ans du septième étage
Une mère de 31 ans a jeté mardi sa fille de sept ans du septième étage
de la tour HLM de Guebwiller (Haut-Rhin) où la famille habitait.
Comment jugez-vous cet article?
Insignifiant
Important

L'enfant, qui dormait encore lorsque sa mère s'est emparée d'elle vers sept heures du matin, est morte sur le coup.

Le père a sauvé de justesse son autre fille de huit ans qui allait
subir le même sort. Elle dormait dans la même chambre que sa soeur. Un
troisième enfant se trouvait dans une autre pièce.

Arrêtée, la jeune femme, déjà internée deux fois, a reconnu les faits.
Elle a expliqué aux enquêteurs avoir eu peur que son mari n'emmène les
enfants au Maroc.

Source: www.20minutes.ch

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:12

SULLIVAN ETOUFFE AVEC DES TARTINES

Source : DH net article de N. Ben.

BRUXELLES Le cas de Geoffrey fait inévitablement penser à d'autres
petits bouts, victimes eux aussi de maltraitances. Comme le petit
Sullivan. Souvenez-vous, l'horreur éclatait à la rentrée scolaire 2003,
rue Traversière, à Marchienne-au-Pont. Un lundi matin, les secours
étaient appelés au domicile du petit Sullivan Vanderclause, un bébé de
18 mois, en train d'étouffer suite à un problème de déglutition. Soigné
à même le chemin, l'enfant avait été transporté à l'hôpital dans un
état critique. Là, les médecins avaient décelé les traces de deux
anciennes fractures à l'occipital et à la cheville. Hélas, le petit
était décédé des suites de son étouffement. Christel Parizel, la mère
de l'enfant, avait tout d'abord reconnu les coups sur Sullivan,
expliquant qu'il lui arrivait parfois de le secouer un peu fort. Tout
cela parce qu'elle n'avait pas désiré cette grossesse. En insistant,
les forces de l'ordre ont obtenu des aveux pires encore. La jeune
femme, âgée de 21 ans, avoua avoir forcé son bébé à avaler deux
tartines, tout en lui maintenant la tête.

Autre cas tout aussi dramatique : celui de la petite Jonalyn. Le jour
de Noël 1998, une petite fille dans le coma est déposée dans une
clinique à Cologne. Par des adultes qui s'empressent de filer. La
Kriminal Polizei finit par établir que l'enfant, Jonalyn, 3 ans, née
aux Philippines, a été recueillie en Belgique par des Bruxellois.
Personne n'imaginait que Jonalyn survivrait aux tortures endurées
pendant trois mois en Belgique : sans parler du climat de terreur (elle
était enfermée dans un grenier obscur). De l'esprit de sel était versé
goutte à goutte dans ses yeux, l'objectif n'étant pas seulement
d'aveugler l'enfant, mais d'atteindre le cerveau en brûlant le nerf
optique. La fillette a survécu à ces mauvais traitements.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:13

TRIPLE INFANTICIDE A ALBERTVILLE

Société
Triple infanticide d'Albertville: les nouveaux-nés avaient deux pères différents
AP | 21.09.2007 | 18:36
Les premiers résultats des expertises menées sur les corps des trois
nouveau-nés retrouvés le 22 août dernier à Albertville (Savoie) ont
permis d'établir que les deux premiers avaient pour père le compagnon
de Virginie Labrosse et que le troisième était de son amant, a-t-on
appris auprès du parquet.

"Des examens complémentaires génétiques, biologiques, toxicologiques et
anatomo-pathologiques vont avoir lieu pour confirmer ou infirmer les
analyses ADN", précisait le procureur Henry-Michel Perret, soulignant
la mauvaise qualité des corps des enfants morts en 2001, 2003 et 2006,
congelés à plusieurs reprises.

L'enquête sur les circonstances de la mort des trois nouveau-nés a
permis d'établir que Virginie Labrosse, 36 ans, mise en examen pour
"meurtres sur mineurs de 15 ans" et placée en détention à Lyon, a
accouché seule à trois reprises. La première fois, en l'absence de son
compagnon, dans les toilettes de son domicile où l'enfant est mort
asphyxié. Le second bébé serait mort-né. "Elle a un vague souvenir
d'avoir empoigné le corps du troisième pour l'empêcher de crier", a
expliqué le procureur.

En cours de séparation, Philippe, le compagnon depuis une quinzaine
d'années de Virginie Labrosse, avait découvert en août dernier dans
leur maison d'Albertville trois cadavres de bébés alors qu'il voulait
récupérer quelques affaires personnelles. Virginie Labrosse, qui avait
depuis quelques mois un amant, avait rapidement reconnu être la mère
des trois bébés, tous nés à l'insu de leurs pères, mis hors de cause
par la justice.

"C'est une affaire qui, par bien des traits, ressemble à l'affaire Courjault", estimait encore le procureur d'Albertville.

Véronique Courjault, mise en examen le 12 octobre dernier pour trois
infanticides, est accusée d'avoir étouffé deux bébés nés de manière
clandestine en 2002 et 2003 à Séoul (Corée du Sud). Les corps ont été
découverts en juillet 2006 par son mari dans le congélateur du domicile
familial. Elle a aussi avoué avoir accouché clandestinement, en août
1999 à Villeneuve-la-Comtesse (Charente-Maritime), d'un bébé né viable,
qu'elle a étranglé avant de le brûler dans la cheminée de la maison
qu'elle occupait avec son mari. AP

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:14

MARC ENFANT MARTYRE

Auby

Les deux garçons ont chacun leur chambre et, ce soir là, l'ainé,
Michel, 7 ans passe dire bonsoir à son petit frère Marc, 5 ans, déjà
dans son lit.
- C'est la dernière fois qu'il m'a parlé, racontera Michel. Il m'a
souhaité bonne nuit, en me souriant. Il avait une drôle de voix, comme
s'il était très fatigué.
En réalité, ce 23 janvier 2006, Marc n'est pas seulement fatigué, il
est mourrant. Sa mère est à côté avec son concubin, mais ni l'un ni
l'autre ne se soucient de secrourir le petit garçon, encore moins
d'appeler un médecin. Ils ont bien trop peur, tous les deux, qu'on
découvre les plaies dont le corps de Marc est couvert. Depuis des
semaines, Michel voit son petit frère souffrir. Est-ce qu'il comprend ?
un gamin de 7 ans peut-il comprendre que deux adultes s'acharnent sur
un enfant ? Cela dépasse certainement son entendement, mais Michel voit
tout, sans pouvoir intervenir, temoin impuissant de cette horreur. Et
tout se grave dans son jeune esprit, avec une précision terrible,
jusqu'au moindre détail qu'il rapportera plus tard aux enquêteurs.
Nous sommes dans le Nord, à Auby, aux abords de Douai, dans un décor où
domine le rouge terne des immeubles et maisons de briques. A la sortie
d'Auby, dans un petite cité HLM, c'est là qu'habite Isabelle, une femme
de 32 ans à la silhouette envelopée. La jeune femme, qui vit seule avec
ses deux garçons, Michel et Marc, issus d'un précédent mariage,
travaille épisodiquement : nourrice, employée dans un cabinet médical
et surveillante de la propre cantine scolaire du petit Marc. Et puis à
l'été 2005, elle se met en ménage avec un certain David. Cette arrivée
change tout. A 34 ans l'homme, qui ne travaille pas a un passé de
délinquant : des condamnations pour vol, violences, braquages... Et
c'est lui, ce toxicomane notoire, qu'Isabelle associe à l'éducation de
ses fils.
Du jour au lendemain, les garçons n'ont plus le droit de jouer
ensemble. Trop de bruit!! mais surtout, David prend le petit Marc en
grippe. L'ainé lui est indifférent, il s'en prend au plus petit, au
plus faible. Pourquoi lui ? A l'école d'Auby, Marc est décrit comme un
petit élève de maternelle plutôt sage, vivant et rieur. Le genre de
gamin qu'on prend facilement en affection. Parfois l'institutrice a
l'impression qu'il perd un peu son entrain, qu'il est triste, fatigué,
on dirait même qu'il a du mal à marcher. Mais sa bonne nature reprend
vite le dessus, il sourit. Personne ne voit que c'est le sourire, plein
de larmes cachées, d'un petit garçon courageux.
A cette époque, ils ne sont que trois, à part Marc, àa savoir ce qui se
passe. David, Isabelle et le jeune Michel, torturé par le calvaire de
son petit frère. Contrairement à ce qui se produit souvent, Michel ne
s'associe pas aux adultes pour maltraiter l'enfant. Il aime son petit
frère, il souffre, il réprouve. Il est le regard de l'innocence, de la
conscience, dans ce repaire de brutes. Dans sa mémoire se gravent des
images insupportables. Comme cet enfer de décembre 2005. Dans la
semaine qui précède Noël, Michel voit les sévices devenir quotidiens.
D'abord les terribles féssées administrées à Marc par DAvid et qui lui
laissent la peau à vif. Isabelle part ensuite en vacances. Laissant
Marc seul avec son bourreau. De retour à auby le 23 décembre, Michel
retrouve son petit frère le visage bleui de coups. Ce n'est pas assez,
David reproche à Marc de baver et le frappe en plein visage. Puis il le
soulève pour l'emmener avec lui sous la douche. Quand ils sortent de la
salle de bains, Marc a le dos couvert d'hématomes.
Dans les jours qui suivent, le tortionnaire se charge quotidiennement
de doucher le petit à l'eau froide en le frappant pour qu'il chute dans
la baignoire. Mais les séances de tortures ne s'arrêtent pas là. David
donnait des coups de poing dans le ventre, des coups de pied dans son
visage, racontera Michel. Mon petit frère lui demandait d'arrêter. Ma
mère me disait de ne pas regarder, elle fermait la porte. Ma mère elle
lui donnait seulement des féssées et des claques à Marc.
Michel reste épargné, David lui promet juste des coups s'il parle de
tout cela à l'estérieur. Le corps de Marc est si marqué que le 2
janvier, David interdit à Isabelle de l'envoyer à l'école.
- A la fin, poursuit Michel, mon petit frère n'arrivait plus à marcher
normalement, il était penché, une épaule plus basse que l'autre, il
boitait, toujours sur le point de tomber, il se cognait aux murs.
Le 8 janvier, David sort avec Marc dans le champ qui borde la cité. Il
en revient en poussant devant lui l'enfant à coups de pied, d'un telle
force que le petit s'écroule à chaque fois. Personne ne voir rien.
L'enfant rentre couvert de boue que David l'oblige à lécher.
Le 12 janvier, les lèvres de Marc éclatent sous un coup de poing.
Le 15 janvier, toute la famille va voir les canards au bord d'une mare
voisine. David pousse Marc dans l'eau. Pendant que sa mère retourne
chercher des habits secs, David jette à nouveau Marc dans l'eau glacée.
Marc en perd connaissance pendant un moment.....
- David a jeté plusieurs fois Marc dans la mare, se rappelle Michel. Il
le noyait aussi dans la baignoire, le jetait contre les murs ou dans
les escaliers, lui fesait lécher de la soupe par terre......
Le pauvre enfant, brisé, exténué, refait pipi au lit. David le frappe
au bas ventre, le blessant à sang. Pour une fois Isabelle lui met des
compresses.
Le 23 janvier, Michel entend pour la dernière fois la voix de son petit
frère, qui lui souhaite bonne nuit, avec sur son visage couvert de
coups, un ultime sourire de tendresse.
Le lendemain en fin d'après midi, Michel voit pour la dernière fois,
son frère, muet, inerte dans l'eau du bain. Isabelle s'est absentée.
Quand elle rentre, Marc est sans connaissance. David la charge de le
ranimer. Elle le met plusieurs fois sous la douche froide, il ouvre les
yeux et sombre à nouveau. Elle le couche à 21h30.
A l'aube de ce 25 janvier, le peit Marc, 5 ans, s'est évadé de son corps rompu de souffrances.
A 5h45 David appelle les pompiers. Il déclare que le petit est mort à
cause d'une chute. Personne n'est dupe. Les policiers sont prévenus. La
justice commence son travail.
Première pièce du dossier, le rapport médico-légal : la petite victime
est couverte de plaies, de cicatrices, de brulures de cigarettes, y
compris au visage. Cinq fractures de côtes, une fracture du bassin...;
la mort a été causé par une hémorragie cérébrale...............

--------------------------------------------------------------

C'est début 2008 que seront jugés David et Isabelle........
(nous rappelons que toutes les personnes jugées dans cette affaire restent présumées innocentes).

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:15

OPERATION ARC-EN-CIEL

Les gendarmes, qui ont identifié 310 personnes concernées par des
échanges de photos et de vidéos pédopornographiques sur internet, ont
saisi 1.400.000 photos et 27.000 vidéos. Plus de 10 informations
judiciaires ont été ou vont être ouvertes.

L'opération Arc-en-ciel, en liaison avec 101 parquets compétents, a mobilisé 330 gendarmes et policiers.

Elle a abouti à l'interpellation quasi-simultanée des 310 personnes
visées. 24 d'entre elles ont été mises hors de cause, 132 ont reconnu
les faits ou possédaient des images ou des films vidéo
pédopornographiques, le plus souvent pour "des volumes accablants",
selon la gendarmerie. Les 154 autres personnes étaient toujours en
cours d'interrogatoire jeudi.

Une personne en état de récidive, traduite mercredi devant le TGI de
Valenciennes en comparution immédiate, a été condamnée à 12 mois de
prison ferme.

Deux autres personnes ont également été mis en cause pour des atteintes
sexuelles sur des mineures de leur entourage. L'une d'elle, un homme de
51 ans, a été écrouée à Caen après avoir été mise en examen pour
"détention, diffusion d'images pédophiles et corruption de mineur".
Selon une source judiciaire, l'homme, arrêté lundi à Mézidon, près de
Lisieux (Calvados), serait le "personnage-clé du dossier".

L'opération a été initiée par le service technique de recherches
judiciaires et de documentation (STRJD) de la gendarmerie au fort de
Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), après qu'une association de
protection de l'enfance italienne "telephono arcobaleno" (arc-en-ciel)
eut dénoncé, au mois de janvier, l'existence d'un site web proposant le
téléchargement de ces photos.

Les spécialistes de la gendarmerie ont alors découvert, sur un serveur
français, que ces images avaient été téléchargées plus de 21.000 fois
par près de 10.000 utilisateurs, dont les 310 internautes français qui
ont été formellement identifiés

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:16

GEOFFREY PETITE VICTIME DE PARENTS INDIGNES

Source : DH net article de F.D.

Un bain glacial puis bouillant comme punition pour avoir volé quelques bonbons à l'école

CHÂTELINEAU Le comble du sordide a été atteint, mardi soir, au coeur
d'un foyer de la rue du Sart Allet, à Châtelineau. Geoffrey, un petit
garçon de 8 ans à peine, a bien failli mourir des tortures infligées
par son père. L'enfant n'a eu d'autre tort que de voler quelques
bonbons ou quelques bons points à l'école, ce qu'il ne voulait
apparemment pas avouer à Grégory C., et à sa belle-mère Hélène L.

La punition fut des plus terribles : son père en furie l'a jeté dans la
baignoire et l'a aspergé à l'eau glaciale au point de le faire sombrer
dans l'hypothermie. Des brûlures marquaient également le thorax du
garçonnet : était-ce un moyen tardif de réchauffer le petit corps bleui
de Geoffrey ? Toujours est-il qu'à l'arrivée des secours, l'enfant ne
respirait plus.

Par chance, les secouristes ont pu le réanimer et l'emmener au CHU de
Charleroi où il a été placé en coma artificiel. Aux dernières
nouvelles, Geoffrey avait rouvert les yeux et parlé. Son état reste
toujours inquiétant mais semble aller en s'améliorant, même si des
séquelles psychologiques sont à prévoir.

Le soir des faits, Grégory C. et Hélène L. ont tenté de faire passer
tout cela pour une noyade accidentelle dans la baignoire. Mais l'état
d'hypothermie du petit et les autres marques sur son corps ont eu tôt
fait d'interpeller les urgentistes.

Averti des faits, le parquet de Charleroi a ouvert une instruction.

Mercredi après midi, le couple était privé de liberté et ramené à la
rue du Sart Allet pour une reconstitution qui a duré plus de trois
heures. Par la suite, les enquêteurs ont encore longuement interrogé
les suspects avant d'obtenir leurs aveux.

Hier matin, la juge d'instruction Martine Michel plaçait Grégory C. et
Hélène L. sous mandat d'arrêt pour coups et blessures volontaires et
tortures sur un mineur sur lequel ils avaient autorité.

Selon toute vraisemblance, les faits de mardi soir n'étaient pas les
premières maltraitances subies par Geoffrey. Récemment, une dame avait
signalé à la police un enfant avec un oeil au beurre noir dans le bus.
Mercredi, les enquêteurs ont fait le lien et ont retrouvé cette
personne qui a reconnu Geoffrey sur photo. Par ailleurs, il semble que
l'école s'apprêtait à contacter les services sociaux pour faire part de
ses inquiétudes.


" On culpabilise de n'avoir rien vu"

Dans le quartier du Sart Allet, comme à l'école Destrée que fréquentent
le petit Geoffrey et sa soeur, on ne parlait que de ça, hier matin.
Jusqu'alors, cette famille de Témoins de Jéhovah était pourtant plutôt
discrète. Rien en tout cas ne laissait subodorer des faits aussi
sordides.

"On culpabilise un peu de n'avoir rien remarqué", raconte Corinne, la
voisine directe des parents de Geoffrey, en étouffant un sanglot. "Ce
sont des gens aimables qui semblaient aimer leurs enfants. Le papa en
parlait toujours de façon positive et il jouait souvent avec eux dans
le jardin. Je sais qu'il était strict à propos des résultats scolaires
et qu'il lui arrivait de s'énerver sur son american staff. Mais jamais
je n'aurais pensé qu'il pouvait maltraiter l'un de ses enfants. C'est
un homme émargeant à la mutuelle car il souffre d'une grave maladie
héréditaire. Je ne lui connais pas de famille. La plupart de ses
proches sont morts." Travaillant dans le social depuis des années,
Corinne a recueilli la petite soeur de Geoffrey la nuit du drame,
tandis que les parents indignes filaient à l'hôpital. "La petite m'a
juste dit qu'elle avait eu peur parce que son frère ne respirait plus.
Elle n'a pas parlé de maltraitance", poursuit la voisine, soulagée
d'apprendre par notre entremise que Geoffrey est sorti du coma.

Une nouvelle qui a également apaisé l'école Destrée où Geoffrey et sa
grande soeur sont scolarisés : "Tout le monde ici a été rassuré de
savoir que Geoffrey était tiré d'affaire. Vous savez, en tant
qu'éducateurs, nous sommes souvent avec les enfants : à la garderie, le
mercredi après midi... On s'y attache forcément. Geoffrey avait un air
un peu malheureux, fort discret, mais de là à imaginer que ça venait de
maltraitance : tout le monde en reste abasourdi !", explique l'un des
éducateurs.


SUITE

CHÂTELINEAU C'est une bonne nouvelle : le petit Geoffrey, torturé quasi
jusqu'à la mort par son père, va beaucoup mieux. Hospitalisé aux soins
intensifs du CHU de Charleroi, le jeune garçon de 8 ans est sorti du
coma, parle, fait des signes amicaux aux médecins.
Jeudi, il a même réclamé un hamburger, des frites et un jouet ! Mais Geoffrey ne veut plus voir son papa.
Il faut dire que, mardi soir, Grégory C. a bien failli le tuer. S'étant
apparemment rendu coupable d'un vol bénin à l'école, le petit garçon
est rentré penaud à la maison.
Comme punition, son père l'a jeté dans la baignoire, l'aspergeant d'eau
glacée jusqu'à ce qu'il tombe en hypothermie. De l'eau bouillante a
également été utilisée, comme en attestent les brûlures sur le torse du
garçonnet.
Par chance, Geoffrey a pu s'en sortir. Son père et sa belle-mère
croupissent quant à eux en prison. "Je me doutais que ça arriverait un
jour", lance Laure, la maman de Geoffrey. "Le 27 septembre 2006, j'ai
déposé plainte à la police. Geoffrey était revenu de chez son père avec
les fesses toutes bleues. J'avais alors demandé aux policiers s'ils
attendaient qu'il tue l'un de mes enfants. Voyez maintenant ce qui est
arrivé..."
Et la maman poursuit son effroyable récit : "Grégory C. a récupéré la
garde de Geoffrey il y a 15 mois. Cela faisait cinq ans qu'il ne
l'avait plus vu, mais il a mis la machine judiciaire en marche. Le SPJ
a fini par lui confier l'hébergement, malgré mes réticences. Geoffrey
était son souffre-douleur parce qu'il était fort attaché à moi. Il est
revenu plusieurs fois avec les oreilles endolories, des marques de
doigts sur le visage ou un oeil au beurre noir".
Selon sa maman et le compagnon de cette dernière, Geoffrey était un
petit garçon taiseux, qui cachait ses horribles traitements. "Sa petite
soeur était quant à elle drillée et gâtée par son père pour couvrir les
maltraitances."
"Battue à coups de burin"
Laure vide son sac, racontant toutes les atrocités que Grégory C. a pu
faire subir à son fils, mais également à elle-même. "Il m'a aussi
battue. J'ai reçu des coups de burin en 2002, mais il a déclaré à la
police qu'il l'avait lancé et que l'outil était retombé par hasard sur
moi. Il me faisait nettoyer à quatre pattes alors que j'étais enceinte
de ma fille. Il a même cassé le bras de ma mère."
Pour l'instant, Laure ne sait toujours pas si elle pourra récupérer la garde de Geoffrey et de sa soeur.
Lundi, le petit garçon devrait regagner le service pédiatrie, si son
état le permet. En attendant, les psychologues tentent de le faire
parler, avec toutes les précautions que le petit garçon nécessite.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:17

QUAND L'ADOPTION TOURNE AU TRAFFIC

Daniel Eskenazi
Samedi 3 novembre 2007

Céline Giraud, Française d'origine péruvienne, a été adoptée par des
parents français à l'âge de 16 jours. Jusqu'à 24 ans, elle a cru que
ses parents biologiques l'avaient abandonnée, faute de moyens pour
l'élever. Mais en retrouvant sa famille d'origine au Pérou en 2004,
elle découvre aussi un terrible secret: tout comme 25 autres enfants
péruviens, adoptés en France, en Suisse et en Hollande au début des
années 80, Céline Giraud a été volée à ses parents. C'est cette
histoire que raconte la journaliste française Emilie Trevert dans son
livre.*

L'association qui a permis ces adoptions en France était un organisme
autorisé pour l'adoption (OAA) agréé par l'Etat, contrairement à
L'Arche de Zoé. Pourtant, au Pérou, l'intermédiaire local de cet OAA,
Rayon de Soleil, n'avait aucune reconnaissance officielle et encore
moins d'autorisation pour adopter.

Le Temps: Quelles réflexions vous inspire l'affaire de L'Arche de Zoé au Tchad?

Emilie Trevert: C'est malheureusement souvent dans des pays en guerre
ou instables que des dérives de ce genre se produisent. Quand
l'anarchie règne, il est plus facile de faire venir des enfants ou
d'adopter, en faisant jouer l'urgence de la situation. Les ONG et
associations partent toutes d'un bon sentiment, comme les croyances
religieuses ou le côté «fardeau de l'homme blanc». Elles ont envie de
sauver des enfants de la misère ou de la guerre. Ce qui est louable.
Mais parfois, elles en oublient les règles les plus élémentaires, comme
s'assurer que l'enfant est orphelin. Pour le Tchad et le Soudan, c'est
différent, puisque l'adoption y est interdite.

- Sur le terrain, avez-vous eu connaissance d'autres cas d'ONG aux pratiques floues?

- Non, mais en enquêtant sur Rayon de Soleil, j'ai découvert qu'elle
était soupçonnée de deux autres «trafics» d'enfants, dont l'un s'est
déroulé en Centrafrique, pays voisin du Tchad. En 2002, après un coup
d'Etat, 13 enfants ont été adoptés en France. Rayon de Soleil les
faisait passer pour des orphelins du sida. Certains ont ensuite révélé
à leur famille d'adoption qu'ils avaient des parents, en bonne santé.
Seul l'un d'entre eux aurait réellement perdu ses parents.

- Comment ces enfants ont-ils pu passer la frontière?

- L'OAA a reçu le soutien du Ministère français des affaires étrangères
- dont dépend la Mission de l'adoption internationale, MAI. Les enfants
sont arrivés en France avec un simple laisser-passer de la MAI, mais
sans papiers. La plupart des familles ont préféré garder le silence de
peur de se voir enlever leurs enfants. Une seule d'entre elles a porté
plainte pour escroquerie et abus de confiance quelques mois après
l'adoption. Celle-ci a été un échec, l'aîné allait même jusqu'à menacer
de mort ses parents adoptifs. Aujourd'hui, les deux enfants sont placés
dans un centre d'aide social à l'enfance. En plus du drame
psychologique, ils sont apatrides. Cela aboutit à des crises
identitaires.

- Dans le cas de Céline Giraud, à quel âge a-t-elle commencé à se préoccuper de son identité?

- Elle a eu une enfance heureuse. Elle vivait dans une famille
d'adoption modeste mais attentionnée. Son père adoptif a essayé de lui
inculquer la culture péruvienne, mais elle n'a montré aucun intérêt
jusqu'à 20 ans, âge auquel elle a eu sa fille. Elle a commencé à
apprendre la culture péruvienne avant de sortir avec un petit ami
péruvien. En février 2004, elle a décidé de retrouver ses parents
biologiques. Son petit ami l'a aidée à retrouver ses parents au Pérou.
Il lui a appris qu'elle avait été volée.

- Comment a-t-elle réagi?

- Au début, elle a cru à une blague, tellement c'était incroyable.
Puis, comme elle avait elle-même une fille, elle s'est mise à la place
de sa mère et a été horrifiée. Elle s'est apaisée dès le moment où elle
a revu sa famille biologique. Au Pérou, elle a découvert qu'elle avait
deux sœurs et un frère, en plus d'un père, qui vivent dans un
bidonville, à côté de Lima. Aujourd'hui, elle les aide financièrement.
Elle a trouvé un équilibre entre ces deux pays. Suite à la découverte
de ce trafic, Céline a voulu retrouver les autres enfants volés. Mais
elle a rencontré beaucoup de résistance de la part des familles
d'adoption. Quelques adoptés ont souhaité connaître la vérité. Le choc
fut assez violent. Ils se sentaient trahis, avec l'impression d'avoir
été utilisés comme de vulgaires «marchandises».

*«J'ai été volée à mes parents». Quand l'adoption tourne au trafic, Editions Flamarion, 2007.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:19

UN COUPLE ACCUSE DE TORTURES SUR UNE FILLETTE

Dents arrachées, fractures, morsures : selon les médecins de l'hôpital
Necker, "jamais une enfant aussi jeune n'a présenté" de telles marques
de sévices. Les parents "nient tout, excluant tout acte de violence",
selon le le vice-procureur de Versailles.


Un couple résidant à Sartrouville, dans les
Yvelines, et soupçonné d'avoir commis des actes répétés de torture et
de barbarie sur leur fille adoptive de 4 ans a été déféré jeudi au
parquet de Versailles. La fillette est actuellement hospitalisée à
l'hôpital Necker à Paris, et d'après Luc-André Lenormand,
vice-procureur à Versailles, "jamais une enfant aussi jeune n'a
présenté un tel tableau clinique de sévices selon les médecins de
Necker, à l'origine du signalement au parquet".

Dents et cheveux arrachés, os fracturés, dépigmentations multiples dues
à l'ingestion de produits corrosifs, ulcération de la langue et de
l'oesophage, traces de morsures humaines sur les bras et de coups sur
tout le corps : l'enfant, aujourd'hui hors de danger, aurait été
martyrisée dès l'âge de 6 mois, a précisé André Lenormand. "Les
médecins pensent qu'elle a été secouée dès 6 mois, âge où elle a perdu
l'usage d'un oeil", a-t-il rapporté. Contactée par LCI.fr, le cabinet
du maire de Sartrouville affirme que ses services n'ont "jamais eu
aucun signalement" concernant cet enfant, "ni le commissariat".

Syndrôme de Münchausen

D'origine marocaine, la fillette, née à Meulan (Yvelines) a été adoptée
à 3 mois par ce couple qui avait déjà un enfant biologique de deux ans
son aîné. Les parents, lui ingénieur agronome Rmiste âgé de 46 ans,
elle, 40 ans, sans emploi et d'origine algerienne, ont été placés mardi
en garde à vue. "Ils nient tout, excluant tout acte de violence,
expliquant que leur fille est une enfant fragile et malade", a ajouté
M. Lenormand.

Un signalement de maltraitance en 2004

"Ce sont des parents à l'excellente réputation qui racontaient à leur
entourage que leur fille allait mourir", a-t-il précisé : "Ils
consultaient constamment des médecins pour obtenir des examens
complémentaires répétés, prétendant ignorer la cause des symptômes :
c'est ce qu'on appelle le syndrome de Münchausen", a dit le
vice-procureur évoquant le nom médical donné à une pathologie rare
d'affabulation de l'adulte qui inflige des sévices à un enfant pour
attirer l'attention. Trompés par ce zèle, les praticiens n'ont rien
décelé, si ce n'est un pédiatre de Sartrouville, qui, en 2004, fait une
"demie ligne de signalement de maltraitance", rapidement classé.

Les parents nient tout

A Necker où l'enfant a été hospitalisée quatre fois depuis août, une
quinzaine de spécialistes se sont penchés sur son cas, recherchant
notamment des maladies orphelines. "Remarquant la régression rapide des
symptômes avec uniquement des antibiotiques et la séparation d'avec sa
famille, les médecins ont conclu unanimement à des sévices", a précisé
le vice-procureur. La fillette, décrite comme une enfant "bien
charpentée" mais souffrant de malnutrition (elle était nourrie de
bonbons et de gâteaux apéritif), reste muette quand on l'interroge sur
sa famille. Vive et intelligente selon les médecins, elle est aussi
présentée comme un "petit animal soumis" qui ne réclame pas ses
parents.


Les parents "nient tout, excluant tout acte de violence, expliquant que
leur fille est une enfant fragile et malade", a expliqué le
vice-procureur de Versailles. Déférés jeudi matin devant le parquet,
ils devraient être mis en examen pour "actes de torture et de barbarie
sur mineur de 15 ans ayant entraîné l'infirmité permanente par un
ascendant adoptif", crime puni de 30 ans de réclusion.


"jamais une enfant aussi jeune n'a présenté un tel tableau clinique de sévices selon les médecins de Necker"

TF1/LCI

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:20

STATISTIQUES

Statistiques : France : Violences faites aux femmes : "La parole s’est libérée"


jeudi 15 novembre 2007
L'express.fr

Seine-Saint-Denis
Violences faites aux femmes : "La parole s’est libérée"
Anne Vidalie
Une enquête réalisée en Seine-Saint-Denis (93) révèle l’ampleur des
mauvais traitements dont sont victimes les jeunes filles de 18 à 21
ans. Point positif : elles sont aujourd’hui plus enclines à en parler,
estime Ernestine Ronai, présidente de l’Observatoire des violences
envers les femmes du département.
Que retenez-vous de cette enquête ?
La parole s’est libérée, et c’est une excellente nouvelle. Dans
l’enquête nationale sur les violences envers les femmes en France,
publiée en 2001 ( Enveff ), 68% des femmes interrogées évoquaient pour
la première fois les sévices subis. Dans la nôtre, les deux tiers des
filles victimes d’abus sexuels en ont déjà parlé autour d’elles. Cela
signifient que les campagnes de sensibilisation portent leurs fruits.

Les jeunes filles sont-elles davantage victimes de violences en Seine-Saint-Denis qu’ailleurs ?
Faute de travaux analogues dans d’autres régions, il est impossible de
répondre à cette question. En effet, notre étude est la première
enquête quantitative menée en France sur les comportements sexistes et
les violences envers les jeunes filles. L’Enveff montrait néanmoins
que, plus les femmes étaient jeunes, plus elles étaient victimes. On
peut donc penser que le niveau de violence observé dans notre
département ne lui est pas spécifique.
Quelle suite allez-vous donner à ce travail ?
Hervé Bramy, le président du Conseil général de Seine-Saint-Denis,
souhaite que nous continuions à sensibiliser les professionnels à la
question des violences contre les femmes et que nous améliorions la
prise en charge des jeunes filles de 18 à 25 ans victimes d’abus
graves, notamment en leur proposant des lieux protégés et en les aidant
à trouver l’accompagnement et les soins dont elles ont besoin. Par
ailleurs, nous allons lancer, l’an prochain, une enquête sur les
violences envers les garçons.

Cette enquête-là fait froid dans le dos. Réalisée à la demande du
Conseil général de Seine-Saint-Denis et rendue public ce jeudi matin,
elle révèle l’ampleur des violences subies par les jeunes filles de 18
à 21 ans qui vivent, travaillent ou étudient dans ce département. 23 %
des 1566 jeunes femmes interrogées disent avoir été victimes de
violences physiques (coups, tabassage, menace armée, tentative de
meurtre). Des actes qui se sont répétés plusieurs fois, pour la moitié
d’entre elles.

Les auteurs ? Des membres de la famille ou des proches, presque
toujours. Des hommes adultes, le plus souvent, même si les mères et les
belles-mères sont à l’origine des coups dans 37% des cas.

13% des filles ont été l’objet d’agressions sexuelles (attouchements, tentative de viol, viol).

Au travail, les jeunes femmes ne se sentent guère à l’abri. Au cours
des douze derniers mois, 18% affirment avoir subi des violences
verbales dans le cadre de leur activité professionnelle, 13% des
atteintes sexuelles et 8% des violences physiques.

Ernestine Ronai, présidente de l’Observatoire des violences envers les
femmes du Conseil général de Seine-Saint-Denis, commente ces chiffres
pour LEXPRESS.fr.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:21

ASSOCIATION OSEZ DIRE

Nous avons eu notre première conférence débat hier après midi. Nous avons été demandé par l'association Feu et Joie.

Nous avons commencé à 15h et fini à 18h. Ca c'est super bien passé.
Beaucou beaucoup d'échanges, de questions auxquels nous avons répondu.
Il y avait 2 assistantes sociales de Paris. Un psy de Paris. Et une
dame qui travaille au Tribunal pour enfants à Paris. Donc quelques
contacts très intéressant. Nous avons touché 35 personnes.

Je suis super fière de moi et heureuse de l'avoir fait. C'était notre
première. Que des réactions positives. 35 personnes qui se sont pris en
pleine face notre réalité. Elles nous l'ont dit elle-même : " on sait,
on lit que ça existe mais vous avoir en face de nous, nous dire vos
vécus, c'est autre chose, c'est une autre réalité. " Beaucoup de
remerciements. 2 personnes dans l'assemblée, touché directement.
D'ailleurs une d'elle est perdu peu de temps après le début. Pour la
2ème, elle a parlé, il y a peu de temps à son entourage et c'était la
première fois hier qu'elle témoignait devant d'autres personnes.

Vraiment très positif. (nath)

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:21

UNITE DE SOINS POUR LES RECIDIVISTES SEXUELS


_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:22

L'ARCHE DE ZOE

Info LCI - La justice française suivait depuis des mois les activités
de l'association, qui a tenté jeudi de ramener 103 enfants tchadiens en
France. Le parquet des mineurs avait été saisi mardi.


L'opération des neuf Français,
arrêtés jeudi alors qu'ils s'apprêtaient à quitter le Tchad par avion
en compagnie de 103 enfants africains dans le but de les faire adopter,
était prévue depuis longtemps. Selon France Info, l'association l'Arche
de Zoé, avait même annoncé son opération dite "humanitaire" dès le 28
avril dans un communiqué publié sur son site Internet. L'Arche de Zoé
proposait à des "familles d'accueil qui le souhaitent de venir en aide
et de prendre en charge dans leur foyer un enfant orphelin de moins de
cinq ans, réfugié de la guerre au Darfour". En juin dernier, Médecins
du Monde dénonçait un projet dangereux.

Selon des informations LCI, dès le 9 juillet le ministère de la Justice
avait envoyé un courrier au parquet de Paris. Le 25 juillet, une
enquête préliminaire était ouverte pour "exercice malgré l'interdiction
de l'activité d'intermédiaire en vue de l'adoption de mineurs de 15
ans". Mardi, soit deux jours avant l'arrestation, le dossier avait été
transmis au parquet des mineurs.

"Les enlever comme cela est - de mon point de vue - illégal et
irresponsable", déclare ce matin dans Le Parisien la secrétaire d'Etat
aux Affaires étrangères et aux Droits de l'Homme. Rama Yade précise que
"dès le 22 juillet, toutes les ONG travaillant au Darfour que j'avais
réunies ont été unanimes pour condamner cette opération". Selon la
secrétaire d'Etat, "on ne sait rien des conditions de regroupement de
ces enfants. On ne connait rien de leurs origines, de leur nationalité
et de la réalité de leur situation familiale et communautaire".

6000 euros

Le président tchadien Idriss Deby Itno a déclaré vendredi que les
responsables de l'opération seraient "sévèrement sanctionnés". Il s'est
rendu vendredi matin auprès des 103 enfants "récupérés" la veille par
les autorités tchadiennes et a qualifié l'opération de cette
association d'"inhumaine", "impensable" et "inadmissible". De son côté,
Rama Yade a indiqué que "les responsables de cette association devront
rendre des comptes", rappelant qu'elle avait saisi la justice jeudi
matin pour "déterminer toutes les responsabilités de cette opération".
Le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, a de son côté
catégoriquement démenti que l'Elysée ou Cécilia Sarkozy ait apporté un
quelconque soutien à l'association. Un membre de l'association qui a
monté l'opération affirme pour sa part que l'arrestation des neuf
Français est due à un "revirement des autorités tchadiennes".

La police tchadienne a arrêté jeudi dans l'est du Tchad neuf Français,
accusés d'avoir "enlevé" une centaine d'enfants originaires de ce pays
et du Darfour, région soudanaise frontalière en proie à une guerre
civile, pour les faire "accueillir" en France moyennant finances. Deux
journalistes de France 3 et de Capa, ainsi qu'un membre d'un collectif
photo, figurent parmi les Français arrêtés jeudi.

Selon une source diplomatique, quelque 300 familles, principalement
françaises, ont versé entre 2.800 et 6.000 euros pour recevoir un
enfant. Une centaine d'entre elles étaient rassemblées depuis jeudi à
l'aéroport de Vatry (Marne) pour attendre l'avion. Elles ont passé la
nuit dans le hall de l'aérogare, laissé ouvert sur autorisation du
préfet. "Nous voulons démentir tout ce qui a été dit sur cette affaire.
Il s'agit d'une action humanitaire d'urgence, et non de trafic
d'enfants" a déclaré Christophe Letien, bénévole de l'association à
l'origine de l'opération. Elles ont en outre lancé un appel à un
"rassemblement de soutien" devant l'ambassade du Tchad à Paris ce
vendredi à 18h.






Les 17 Européens, dont neuf Français, retenus par le Tchad devraient
être inculpés. Leurs avocats dénoncent la dimension diplomatique de
l'affaire. Si un procès devait se tenir, il aurait lieu au Tchad.


Sur le plan judiciaire, quelle est la suite probable de l'affaire ?

La garde à vue des neuf Français, six membres de l'Arche de Zoé et
trois journalistes, et des sept Espagnols membres de l'équipage de
l'avion retenus à Abéché s'achève lundi soir. Les personnes concernées
devraient ensuite être inculpées et transférées en prison. Elles
devraient être poursuivies pour "enlèvement et trafic d'enfants", voire
"trafic d'organes" et "pédophilie".
De son côté, le pilote belge, est en garde à vue depuis dimanche à N'Djamena, la capitale.

Une autre enquête est ouverte à Paris pour "activités d'adoption sans
autorisation". Plusieurs perquisitions ont eu lieu depuis vendredi.

S'il avait lieu, où se tiendrait le procès ?

Les faits s'étant déroulés au Tchad, il se déroulerait logiquement dans
ce pays, sauf accord entre les nations concernées. C'est loin d'être le
cas. Idriss Déby, le président tchadien, s'est montré clair sur ce
sujet tandis que l'ambassadeur de France a confirmé que les
responsables de l'opération "répondront de leurs actes au Tchad". Paris
promet néanmoins son aide juridique aux détenus.

Quelle peine risque les membres de l'opération ?

En cas d'enlèvement d'enfant, la justice tchadienne prévoit entre cinq
et dix ans de prison. Mais si d'autres chefs d'inculpation sont
confirmés, la peine pourrait monter jusqu'à vingt ans, avec des travaux
forcés.

Que sait-on pour l'instant des 103 enfants ?

Ils se trouvent à l'orphelinat d'Abéché sous la responsabilité du HCR,
de l'Unicef et de la Croix-Rouge et sont en bonne santé. Certains
portaient des bandages lorsqu'ils ont été récupérés par la police
tchadienne mais l'Unicef assure qu'ils ne présentaient aucune blessure
sous ces bandages.

Selon les premières enquêtes, au moins 48 seraient Tchadiens, et non
Soudanais, comme l'affirme l'Arche de Zoé. En revanche, il n'a pas
encore été possible de déterminer s'ils sont orphelins ou non. Leur
jeune âge rend la recherche d'informations difficile.

Le Tchad était-il au courant de l'opération ?

L'Aviation civile tchadienne a délivré le 22 octobre une autorisation
de survol et d'atterrissage à l'avion affrété par l'Arche de Zoé en vue
d'une "évacuation sanitaire". Selon un responsable de l'Aviation
civile, les autorités ne savaient pas qui concernait cette évacuation
et font remarquer que l'appareil qui a atterri à Abéché n'était pas
celui pour lequel l'autorisation a été émise. L'association affirme que
le Tchad savait très bien en quoi consistait l'opération.

La France était-elle au courant de l'opération ?

Rama Yade, la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, affirme que ses
services ont "tout fait" pour tenter de l'empêcher. Depuis le mois de
juillet, "on a alerté, on a prévenu, on a mis en garde. On a mis dans
la boucle les autres ministères, nos postes à l'étranger, tout le monde
a été prévenu, les familles ont été mises en garde, nous avons saisi la
justice. Que pouvions-nous faire de plus ?", a-t-elle déclaré.

La version de l'Arche de Zoé est très différente et affirme que les
autorités françaises ont laissé faire. "Il n'y a eu aucune interdiction
émanant du Quai d'Orsay", affirme l'un des avocats de l'association, Me
Gilbert Collard.

Il semble que le fait d'utiliser le nom "Children Rescue" au lieu de
"Arche de Zoé" a permis à cette dernière de tromper la vigileance de
toutes les parties.

La France et le Tchad sont-ils sur la même longueur d'ondes ?

La condamnation des autorités françaises est unanime puisque même
Nicolas Sarkozy a qualifié l'opération d""illégale et innaceptable"
lors d'un entretien téléphonique avec son homologue tchadien. Rama Yade
a assuré que la France était prête à collaborer très étroitement avec
les autorités tchadiennes et soudanaises pour faire la lumière sur
l'affaire.

Dans quel contexte diplomatique et politique intervient l'affaire ?

Dans le cadre du règlement de la crise au Darfour, province soudanaise
voisine du Tchad, une force européenne de paix, l'Eufor, en grande
partie constituée de soldats français, doit se déployer dans la région
d'Abéché au novembre. Idriss Déby est plutôt sceptique sur ce
déploiement et l'a accepté sans grand enthousiasme.

Trouve-t-il là une occasion d'avoir une monnaie d'échange avec Paris ?
C'est ce qu'affirment les avocats de l'association, notamment Me
Collard, qui établit déjà une comparaison avec les infirmières
bulgares. "Cela n'a rien à voir et il n'y a aucune conséquence possible
sur le déploiement de l'Eufor", réplique Rama Yade.


TF1/LCI




Selon les organisations humanitaires internationales, 91 des 103
enfants que l' Arche de Zoé a tenté d'emmener en France disent avoir au
moins un parent. L'association française Arche de Zoé affirme pourtant
que les enfants sont des "orphelins" du Darfour.



Les enfants que l'Arche de Zoé a tenté d'emmener
en France le 25 octobre sont-ils des "orphelins" du Darfour, comme le
prétend l'association française? Un communiqué d'organisations
humanitaires internationales publié jeudi, affirme le contraire. Selon
ce document, la quasi-totalité de ces 103 enfants disent avoir au
moins un parent.

"Les entretiens menés pendant plusieurs jours avec ces 21 filles et 82
garçons âgés de 1 à 10 ans (...) suggéreraient que 85 d'entre eux
proviennent de villages de la région frontalière entre le Tchad et le
Soudan, situés dans les zones de Adré et Tiné (localités
frontalières)", affirment le Comité international de la Croix-Rouge
(CICR), le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR)
et l'Unicef.

"Au cours des conversations que les travailleurs humanitaires ont eu
avec eux, 91 des enfants se sont référés à un environnement familial
constitué d'au moins une personne adulte qu'ils considèrent comme un
parent", ajoutent les organisations dans ce communiqué publié à Abéché
(est du Tchad). "Les entretiens se poursuivent avec les douze autres"
enfants, précisent-elles.


TF1/LCI

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:23

ARCHE DE ZOE, SUITES

Arche de Zoé: plainte d'un couple qui devait accueillir un enfant
Un couple de Français qui devait accueillir l'un des enfants que
l'Arche de Zoé entendait transférer en France depuis le Tchad a porté
plainte contre l'association. Le couple dénonce les pratiques de
l'organisation.

Ce couple, originaires des Pyrénées-Orientales et a requis l'anonymat,
a déposé plainte pour escroquerie après avoir versé 2400 euros à
l'association, indique vendredi le quotidien "L'indépendant". Le couple
affirme avoir été averti au dernier moment qu'il n'avait finalement pas
été retenu parmi les familles d'accueil initialement sélectionnées.

Le parquet de Perpignan (sud-ouest de la France) a transmis la plainte
au parquet de Paris, où a été ouverte fin octobre une information
judiciaire contre X visant les activités de l'Arche de Zoé.

"Ce partage d'enfants est révoltant. Ils nous ont menti de A à Z et ont
tout fait pour nous affaiblir psychologiquement, pour qu'on ne fasse
pas de scandale et qu'on dénonce leur mécanisme sectaire", a affirmé le
couple à "L'Indépendant".

"On était dans une démarche de sauvetage et sensible à la notion
d'accueil et pas d'adoption dans la mesure où nous avons déjà des
enfants", a-t-il expliqué, sous couvert d'anonymat par crainte
d'éventuels "pression et harcèlement" des familles continuant à
soutenir l'Arche de Zoé.

L'association a tenté d'organiser le transfèrement de 103 enfants vers
la France, le 25 octobre, mais les autorités tchadiennes ont bloqué
l'avion qui devait procéder à l'opération peu avant le décollage à
Abéché (est du Tchad).

Neuf Français - des membres de l'Arche de Zoé et trois journalistes -
ont été inculpés et écroués au Tchad pour "enlèvement de mineurs" et
"escroquerie".

(ats / 02 novembre 2007 01:31)

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:24

PEDOPHILIE, TEMOINS RECHERCHES

Une juge d'instruction d'Albertville a
lancé vendredi un appel à témoins pour tenter de localiser
d'éventuelles victimes d'un professeur de lettres du Loiret, soupçonné
d'avoir commis de nombreux viols sur des mineurs pendant près de 50
ans. Dans un communiqué, la juge d'instruction Hélène Gerhards-Lastera
demande à "toute personne susceptible d'avoir été témoin ou victime des
agissements d'un professeur de lettres", aujourd'hui âgé de 73 ans, de
se manifester. Ce professeur a exercé dans "les établissements Benjamin
Franklin à Orléans, Châteaudun, et au collège Condorcet à
Fleury-les-Aubrais", dans le Loiret, et a "dispensé des cours privés de
soutien scolaire à son domicile ou dans le cadre associatif et
notamment au CRAB (centre de rencontre et d'animation de la Bustière)"
à Fleury-les-Aubrais, a précisé la juge sans révéler l'identité de
l'enseignant.

Ce dernier a été interpellé le 7 janvier dernier et a été mis en examen
pour viols et agressions sexuelles sur mineurs et écroué jeudi en
Savoie. Ce professeur est également soupçonné d'avoir abusé de ses deux
fils, aujourd'hui trentenaires pendant une vingtaine d'années, et des
deux fils de l'un d'entre eux, lorsqu'ils étaient âgés de 4 et 8 ans, a
précisé le procureur de la République d'Albertville, Henry-Michel
Perret. Certains faits s'étant déroulés dans "le lit conjugal",
l'épouse du mis en cause, âgée de 73 ans, a également été interpellée
et mise en examen pour non empêchement de crimes et non dénonciation
d'atteintes sexuelles infligées à des mineurs.

Une trentaine de victimes ?

"La plus grande partie des faits s'est déroulée dans la région
d'Orléans" mais suite à des attouchements commis en 2003 sur son
petit-fils en Maurienne, le père de l'enfant, lui-même victime, a
déposé plainte, expliquant la saisine de la juge d'Albertville. Outre
les viols sur les membres de sa famille, "l'auteur aurait plus ou moins
reconnu avoir commis les mêmes faits sur des garçons à qui il donnait
des cours ou du soutien scolaire dans la région d'Orléans", a précisé
Henry-Michel Perret. "Comme ces faits s'étalent sur un laps de temps
très long et qu'il n'a pas été capable de nous dire exactement qui
étaient ces personnes, nous sommes donc obligés de recourir à cet appel
à témoins", a-t-il expliqué en notant que certains faits pourraient
être prescrits.

Sur la base de ses déclarations en garde à vue, les enquêteurs de la
Brigade de recherches de Saint-Jean-de-Maurienne supposent que l'homme,
décrit comme un "prédateur" mais aussi un être "tourmenté, profondément
croyant", pourrait avoir fait "une trentaine de victimes". Les victimes
ou témoins de ses agissements sont appelés à se manifester auprès de la
gendarmerie au numéro de téléphone suivant : 04.79.71.82.64.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:28

PLUSIEURS CADAVRES DE BEBES TROUVES DANS LE DEPARTEMENT DE LA MANCHE

Les fœtus, qui seraient au nombre de
cinq, ont été découverts dans un immeuble proche du centre-ville. Le
procureur de Cherbourg communiquera à 18 heures.


"Plusieurs cadavres de bébés ont été
découverts jeudi à Valognes (Manche)", a annoncé jeudi le procureur de
Cherbourg Michel Garrandaux dans un communiqué. La découverte a eu lieu
dans un immeuble de deux étages situé non loin du centre-ville, a
indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête. Le nombre de ces fœtus
pourrait s'élever à cinq selon une autre source.

Ils ont été découverts dans un même sac plastique dans une cave par un
homme, indisposé par une forte odeur mercredi en fin d'après-midi. Deux
personnes ont été placées en garde à vue à la suite de la découverte de
ces corps, selon les mêmes sources. La section de recherche de la
gendarmerie de Caen a été chargée de l'enquête avec la brigade de
Saint-Lô et des experts de la police scientifique de la gendarmerie.
Des chiens spécialisés dans la recherche de cadavre participent aux
fouilles menées dans l'immeuble.

Le parquet de Cherbourg a annoncé la tenue d'une conférence de presse à 18 heures.


TF1/LCI

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:29

Suite :

Agée de 34 ans, elle a été placée en garde à vue après la découverte de
cinq corps de bébés dans un immeuble de Valognes. Elle a reconnu en
être la mère.



Une femme placée en garde à vue après la
découverte de cinq corps de bébés dans un immeuble de Valognes,
(Manche) est soupçonnée d'"infanticides", a affirmé jeudi le procureur
de Cherbourg Michel Garrandaux. "L'enquête s'annonce complexe", a-t-il
déclaré.

Trois personnes, dont une femme, ont été placées en garde à vue après
la découverte mercredi soir des restes de cinq bébés dans la cave d'un
immeuble. La femme, âgée de 34 ans, a reconnu être la mère de ces cinq
bébés dont elle a "accouché seule entre août 2000 et février 2006",
mais "aucun élément ne me permet ce soir d'indiquer si les bébés
étaient viables ou non lors de leur naissance", a précisé le procureur.
"On ignore si cette femme a tué volontairement ses nouveaux-nés, s'ils
étaient vivants ou si elle les a laissés mourir", a-t-il ajouté. Des
sources proches de l'enquête avaient indiqué dans un premier temps
qu'il pouvait s'agir des restes de "cinq foetus".

TF1/LCI

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:29

suite :

Cette femme de 34 ans a été mise en examen pour "avoir
volontairement donné la mort", selon son avocate. Les petits corps
étaient dans une cave à Valognes. Elle a reconnu en être la mère

Aux enquêteurs, elle a expliqué avoir
accouché seule puis, avoir étouffé chaque nouveau-né en "plaquant sa
main sur le visage de l'enfant afin de l'empêcher de respirer." Deux
des bébés ont, eux, été "étranglés avec une cordelette". Interpellée
jeudi, une femme de 34 ans a été mise en examen pour "avoir
volontairement donné la mort", selon les termes utilisés par son
avocate. Elle a été écrouée. Lors de sa garde à vue, elle a avoué avoir
tué six bébés à son domicile de Valognes, dans la Manche. Cette affaire
est la plus grave en France depuis un septuple infanticide découvert en
1983 en Corrèze.

La jeune femme prénommée Céline, par ailleurs mère d'un garçon de onze
ans, n'a apporté "aucune explication cohérente à ses actes", a déclaré
le procureur de la République de Cherbourg, Michel Garrandaux. Elle se
réfugie "dans une attitude totalement ambivalente, exprimant à la fois
son désir d'avoir des enfants et puis son refus d'en avoir".

Selon les déclarations de la jeune femme, cinq des nouveau-nés seraient
les enfants de son précédent compagnon, avec lequel elle a vécu une
quinzaine d'années avant de s'en séparer au printemps 2006. Cet homme,
avec lequel elle a eu son fils de 11 ans, "avait parfaitement
connaissance" de la situation et devrait être mis en examen pour "non
dénonciation de crime et recel de cadavre". Le sixième bébé serait
l'enfant du nouveau concubin avec lequel Céline s'était installée fin
2006. "Aucune charge n'a été retenue" à l'encontre de cet homme, remis
en liberté vendredi après une vingtaine d'heures de garde à vue.

Bénévole pour le Téléthon

L'affaire a suscité une vive émotion à Valognes, petite ville de 8.500
habitants. "Je ne comprends pas. Je suis sous le choc!", a réagi Alain
Petit, président de l'association caritative "Les défis de l'avenir"
qui organise des animations au profit du Téléthon et où Céline
"s'impliquait énormément" comme bénévole. "Imaginer qu'elle ait pu
faire ça, non, non... Je suis sans voix", a témoigné en écho Magali
Leclerc, 27 ans, une habitante du quartier. "C'était une personne très
gentille, la première à soutenir les autres". "A aucun moment, on
aurait pu imaginer une telle chose", a renchéri Christophe, 31 ans, un
ami de la jeune femme. Il dit avoir "aperçu une grossesse, mais pas les
cinq" et explique ne pas "avoir été plus loin", car elle avait "coupé
court à la conversation".

Des membres de la famille de son premier concubin ont également affirmé
avoir eu des soupçons. "On l'avait vu enceinte, mais comme elle ne nous
a jamais dit qu'elle l'était, on laissait faire", a expliqué Chantal,
42 ans, soeur de son ancien compagnon.

TF1/LCI

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:30

LE PERVERS NARCISSIQUE MANIPULATEUR

Dans les différents types de
manipulation, nous pouvons discerner le profil du pervers narcissique,
lequel est celui qui use de la pire de toutes les manipulations tant
les dégâts qu'elle occasionne sont dévastateurs et systématiques.
L'expression « pervers narcissique » est utilisée en psychopathologie
pour désigner les individus présentant une personnalité marquée à la
fois par un narcissisme exacerbé et des traits de perversion morale.

Parce qu'il est extrêmement difficile de comprendre réellement ce
qu'est un pervers narcissique, je rassemble ici de la documentation
analysant cette pathologie. Elle provient principalement de
l'encyclopédie libre Wikipédia [fr]. Cet article est un complément à
celui sur les manipulateurs, plus généraliste.

L'expression pervers narcissique est utilisée en psychopathologie pour
désigner les individus présentant une personnalité marquée à la fois
par un narcissisme exacerbé et des traits de perversion morale.
L'individu atteint de perversion narcissique, à travers ses conduites
et les modalités relationnelles particulières qu'il va mettre en place
avec les autres, cherche à devenir le « maître » de la relation et à
assujettir l'autre, ce qui a de graves conséquences pour ses victimes.

Cette expression fait appel à deux concepts psychanalytiques :
Le narcissisme, qui est l'amour de soi, est une composante normale de
la personnalité. Cependant dans certains cas, le sujet peut se fixer
affectivement sur lui-même : on parle alors de trouble de la
personnalité narcissique : le besoin d'être admiré est alors constant,
associé à un manque d'empathie.
La perversion morale qui correspond à un type de personnalité
particulier tendant vers la satisfaction de ses désirs et de ses
besoins aux dépends des autres, qui vont être manipulés et dont les
besoins sont niés.

L'expression « pervers narcissique » a été popularisée dans les années
1990 par les ouvrages de deux auteurs : la psychologue Marie-France
Hirigoyen, dans son ouvrage très médiatisé sur le harcèlement moral, et
le psychanalyste Alberto Eiguer. En revanche ce diagnostic ne figure
pas dans les grandes classifications actuelles, il se rapproche du
trouble de la personnalité narcissique et de la psychopathie, sans les
recouvrir tout à fait.


Certains ont un très bon niveau culturel. Tous sont intelligents et particulièrement bons psychologues.
Absence de valeurs morales

Leur manque d’état d’âme, de remords ou de problème de conscience peut
être si extrême, qu’au début de leur relation avec elles, leurs
victimes ne peuvent y croire. Ce manque de scrupule les déroute, les
estomaque ou les abasourdit.

En fait, ils ont un total mépris pour toutes lois ou contrainte
morales. Leur morale est, le plus souvent, celle de la morale ou la loi
du plus fort et/ou du plus rusé, du plus retors. Il y a le plus
souvent, dans leur comportement, la banalisation du mal, une certaine «
relativisation » de la morale, dans le cadre d’un nihilisme
opérationnel, qui peut même être militant. Ils n’ont du respect que
pour les gens plus forts qu'eux, ayant plus de pouvoir et de richesse
ou plus combatifs qu'eux. Faire preuve d’humanité, de sensibilité est
souvent vu par eux comme l’expression d’une forme de naïveté ou de
sensiblerie qui n’a pas lieu d’être. Seuls les résultats comptent : «
la fin justifie les moyens ».

Le pervers narcissique n'éprouve aucun respect pour les autres, qu'il
considère comme des objets utiles à ses besoins de pouvoir, d'autorité
ou servant ses intérêts. Il fait des promesses qu’il ne tiendra pas,
sachant que « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». Il
n'hésite pas à dérober de l'argent, des bijoux, des vêtements à son
partenaire ou à ses amis sans éprouver la moindre honte. Pris sur le
fait, il est capable de nier avec un aplomb hors du commun...
Egoïsme, défense agressive de leurs intérêts

Charité bien ordonnée commence toujours par soi-même. Il sait
parfaitement et farouchement défendre ses intérêts et il en a toujours
une vision très claire. Son unique objectif est d’obtenir un bénéfice
pour sa propre personne. Il essaye de profiter à chaque instant de
toute opportunité, de toutes les situations, de toutes les personnes
rencontrées - ces personnes étant systématiquement instrumentalisées
tant que cela est possible - pour en tirer, autant que possible,
avantage pour lui. Sa philosophie est toujours utilitariste. Et il sait
ménager ceux dont elle a besoin, son conjoint, une relation de travail…
car même l’être le plus asocial a besoin d’affection, de compagnie, de
présence (ne serait-ce que pour se faire admirer) et donc par moments,
sera gentil avec son partenaire.

Il n'est « courageux » que quand il est sûr de gagner, et que cela va
dans le sens du renforcement gratifiant de son image narcissique.
Sinon, il fait preuve d’une extrême prudence et s’abstient de faire
preuve de courage. Lors du naufrage du Titanic, il sera le premier à
passer, selon les prétextes les plus fallacieux, avant les femmes et
les enfants, dans le canot de sauvetage. La notion d’honneur ou
d’élégance morale lui est inaccessible.
Egocentrisme

Comme pour tous les narcissiques, tout leur est dû. Elles n'admettent
aucune mise en cause et aucun reproche Leur loi est celle de leur
désir, immédiat, dans l'instant. Tout doit leur céder systématiquement.
C’est comme s’ils étaient demeurés, à l’âge adulte, un enfant gâté. Un
petit bobo chez eux prend de graves proportions, comme si c’était une
maladie importante, devant alors inspirer alors la compassion de
l’entourage.

Voici quelques exemples du mode de pensée du pervers narcissique :

• « Je suis génial, je suis fort, je suis au dessus des autres, dans le
haut du panier ». • « Les autres ne peuvent pas ne pas m’aimer ». • «
Je vais me servir de l'autre pour obtenir ce que je veux, ce à quoi
j’ai droit ». • « Je vais m'arranger pour que ma victime se sente
coupable afin qu'elle ne m'en veuille pas et qu’elle n’ait aucun désir
de prendre son indépendance ». • « Pourquoi aurais-je un problème de
conscience, ce n’est quand même pas de ma faute si elle est à ce point
stupide ou naïve. Je n’y suis pour rien si elle est si naïve ». • « Ma
victime me remerciera pour ce que je fais pour elle, ce qui est normal
étant donné que c’est vrai, sans moi elle ne serait rien, c’est un
honneur que je lui fais ». • « Quand il arrive un problème - même si
c’est autrui qui a ce problème -, j’ai de la peine pour moi, pas pour
autrui » (ce raisonnement est généralement inconscient).
Absence d’empathie

Les pervers narcissiques sont incapables d’aimer les autres. Dans leur
immense majorité, ils n’ont aucune « humanité », aucun sentiment
humain, aucun état d’âme, aucun affect. Ils sont froids et calculeurs,
totalement indifférents à la souffrance d’autrui.

Mais tout en étant, le plus souvent, incapables d’avoir des sentiments
humains, ils simuleront le fait d’être totalement remplis, en
apparence, de bons sentiments humains et d’une sincère empathie pour
autrui.

Les pervers peuvent se passionner pour une personne, une activité ou
une idée, mais ces flambées restent très superficielles. Ils sont en
fait souvent vides d’intérêts, sauf pour leur intérêt immédiat. Ils
ignorent les véritables sentiments, en particulier les sentiments de
tristesse ou de deuil (pour les autres).
Les déceptions entraînent chez eux de la colère ou du ressentiment avec
un désir de revanche. Cela explique la rage destructrice qui s'empare
d'eux lors des séparations. Quand un pervers perçoit une blessure
narcissique (défaite, rejet), il ressent un désir illimité d'obtenir
une revanche. Ce n'est pas, comme chez un individu coléreux, une
réaction passagère et brouillonne, c'est une rancune inflexible,
implacable à laquelle le pervers applique toutes ses forces et ses
capacités de raisonnement. Et alors, il n’aura que cesse d’assouvir son
dessein de vengeance.

La séduction perverse ne comporte aucune affectivité, car le principe
même du fonctionnement pervers est d'éviter tout affect. Les pervers,
tout comme les paranoïaques, maintiennent une distance affective
suffisante pour ne jamais s'engager vraiment. L'efficacité de leurs
attaques tient au fait que la victime ou l'observateur extérieur
n'imaginent pas qu'on puisse être à ce point dépourvu de sollicitude ou
de compassion devant la souffrance de l'autre.

Les éventuels dérèglements sexuels ou la « méchanceté » foncière
pourraient être les conséquences de cette absence de sentiments et
d’empathie pour les autres. Il est possible que le manque d’affect
empêche de ressentir l’intégralité des limites morales entre ce qui est
permis ou interdit dans la société. Mais ce n’est qu’une hypothèse.
Haine et agressivité

Le pervers narcissique a souvent besoin de haïr pour exister ; c'est
une des raisons pour lesquelles il n’est jamais satisfait par quoi que
ce soit (les autres, les objets…). La haine peut être chez lui un
moteur très puissant de son action et de son comportement. N’arrivant
pas à obtenir et jalousant la plénitude ou le bonheur qu’il observe
chez l’autre, il en vient à haïr et à détruire ce qu'il aime et
recherche intensément. Étant incapable d'aimer, il essaie de détruire,
par cynisme, la simplicité de toute relation naturelle et saine.

A cause de leur histoire personnelle, les pervers n'ont souvent pas pu
se réaliser. Ils observent alors avec envie ce que d'autres qu'eux ont
pour se réaliser. Et ils essaient de détruire le bonheur qu’ils
observent auprès d'eux. Prisonniers de leur propre personnage et de
l’image, le plus souvent factice, qu’ils présentent à la société - ce
qui leur impose de terribles contraintes permanentes -, ils tentent
alors de détruire la liberté d’autrui et de lui imposer des contraintes
décidées par eux. Il y a, chez eux, une mentalité agressive d’envie, de
convoitise, d'irritation haineuse à la vue du bonheur, des avantages
d'autrui.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:30

suite.........................





Pour s'accepter et s’affirmer, les pervers narcissiques doivent
triompher de quelqu'un d'autre, le détruire, jouissant alors de sa
souffrance. Cette perception, de ce qu’ils croient ne pas posséder, est
subjective, elle peut même être délirante. Ce sentiment d'infériorité
vis-à-vis de la personne enviée et haïe les pousse à chercher à
posséder ce qui est convoité. Pour combler l'écart qui les sépare de
l'objet de leur convoitise, il leur suffit alors de l'humilier, de
l'avilir.



Ils envient la réussite des autres, qui les met face à leur propre
sentiment d'échec, sans cesse refoulé, car ils ne sont pas plus
contents des autres qu'ils ne le sont d'eux-mêmes. Pour eux, rien ne va
jamais. Ils imposent aux autres leur vision péjorative ou négative du
monde et leur insatisfaction chronique concernant la vie. Ils
cherchent, souvent, à démontrer que le monde est mauvais, que les
autres sont mauvais. Personne n’a vraiment grâce à leurs yeux. Agresser
les autres est le moyen d'éviter la douleur, la peine, la dépression.



Ils aiment attendre dans l’ombre, masqués. Certains calculent leurs
coups ou leur vengeance très longtemps à l’avance, parfois sur
plusieurs années (pour eux la vengeance est un plat qui se mange froid
et ils aiment à s’en délecter). C’est la raison pour laquelle ils
peuvent être redoutables et imprévisibles. Et d’ailleurs, ils sont le
plus souvent imprévisibles.

Mensonge



Le pervers narcissique est toujours, intérieurement, dans la peau d’un
autre, il n'est jamais sincère, toujours menteur. Il peut aussi bien
dire la vérité que mentir avec aplomb, d’une façon jusqu’au-boutiste
(comme un « arracheur de dent »). Le plus souvent, il effectue de
sensibles falsifications de la vérité, qu'on ne peut pas vraiment
qualifier de mensonges, et encore moins de constructions délirantes.
Mélanger le mensonge, la sincérité et la franchise - ce qui est, pour
l'autre, très déstabilisant - fait partie de son jeu.



Derrière cette attitude de mensonge jusqu’au-boutiste, qui paraît
parfois suicidaire, se cache, le plus souvent, une attitude de défi à
l’ordre social, une façon de montrer qu’il est toujours le plus fort et
qu’il contrôle toujours la situation... Même quand il le faudrait, il
ne reconnaîtra jamais rien, ni ses mensonges, ni ses torts, même dans
les moments cruciaux lors d’un interrogatoire policier, voire d'un
procès d’assises.



Par contre il pourra reconnaître éventuellement un mensonge mineur s’il
n'a pas grand chose à y perdre. Mais même l’aveu de ce petit mensonge
sera toujours difficile à obtenir de sa part.

Mythomanie



Le pervers narcissique a souvent une composante mythomane. Elle est
liée à sa propension au mensonge - une composante opérationnelle,
consciente, pour parvenir plus facilement à ses fins - et à un besoin
de se voir mieux qu’il n'est dans la réalité. Il aime se mentir à
lui-même, sur lui-même. Le déni (de ses défauts, de l'autre) lui permet
de « s'aimer » (et de s’aimer toujours plus).



Comme tout mythomane, il ment souvent parce qu'il craint la réaction
négative de l’entourage (de dévalorisation, par exemple)
qu'entraînerait l'aveu de la réalité et de son mensonge. Sa mythomanie
a tendance alors à s’auto-entretenir, sans fin, voire à se renforcer au
cours du temps. Il se ment à lui-même, sur sa vraie valeur, sur ce
qu’il est réellement. Il sait partiellement qu’il se ment à lui-même,
mais en même temps il minimise son propre mensonge sur lui-même. A
certains moments, il finit par croire à son mensonge, à d’autres, il a
conscience de son mensonge. C’est toute l’ambivalence de la pathologie
mythomane.

Un « comédien né »



Le pervers narcissique est un « comédien né ». Ses mensonges à force d’entraînement sont devenus chez lui une seconde nature.



Sa palette de personnalités, de personnages, d’émotions feintes est
étonnante. L’éventail de son jeu d’acteur est étonnant, infini, sans
cesse renouvelé.



Il donne le plus souvent l’image d'une personne parfaitement calme, ne s’énervant jamais.

Intégration sociale et extraversion



Le pervers narcissique est en général apprécié au premier abord car il
paraît extraverti, sympathique et séduisant. Assez fin psychologue, il
a souvent un talent pour retourner l’opinion en sa faveur et emporter
l’adhésion à ses idées, même les plus contestables.

Orgueil et Combativité



Le pervers narcissique est le plus souvent doté d’une combativité
extrême et d’une capacité de rebond remarquable. Sa mégalomanie, son
narcissisme, voire sa paranoïa, renforcent cette combativité.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:30

suite .................



Souvent immensément orgueilleux, voire mégalomane, le pervers
narcissique aime gagner, à tout prix, sans fin, et ne peut admettre,
une seule fois, de perdre. Il est prêt à tout, même aux coups les plus
retords, pour ne jamais perdre. Le pervers est comme un enfant gâté.
S’il ne rencontre pas de résistance, il ira toujours plus loin.



À cause de cette stratégie de victoires sans fin il peut parvenir à se
convaincre qu’il n’y a pas de valeurs morales positives dans l’univers
et qu’il gagnera toujours à agir ainsi.



À la longue cette tendance, qui peut lui assurer une dynamique du
succès pendant un certain temps, devient une addiction. Signe de sa
mégalomanie, elle la renforce en retour, et l'amène à ne plus pouvoir
tolérer la moindre frustration ou contradiction.



Le pervers narcissique adore se valoriser, paraître plus qu’il n’est
réellement. Toute atteinte à la haute image qu’il a de lui-même le rend
très méchant, agressif. Tous ses efforts viseront alors à rétablir
cette image flatteuse qu’il a de lui-même, et ce par tous les moyens, y
compris par la destruction du perturbateur, celui qui a commis le crime
de lèse-majesté.



Il a une très haute opinion de lui-même. Les autres sont pour lui
quantités négligeables - ce sont des larbins, des domestiques, des «
peanuts »… -. Il déteste qu’on lui fasse de l’ombre, qu’on se mette en
avant, qu’on prenne de l’ascendant sur lui, qu’on lui résiste, qu’on
lui dise non. Il a besoin sans cesse de rabaisser autrui, par une
petite pique de-ci de-là (untel n’a pas de personnalité, untel est
égoïste, untel est ingrat, untel est pingre…).

Sadisme



Un plaisir pervers s'éprouve dans la vision de la souffrance de
l’autre. Le pervers ressent une jouissance extrême, vitale, à voir
l'autre souffrir, à le maintenir dans le doute, à l'asservir et à
l'humilier. Étant incapable de relation véritable, il ne peut en
établir que dans un registre pervers de malignité destructrice. Les
êtres humains ne sont plus pour lui des êtres humains, mais des objets
de jeu et de plaisir. Il aime chosifier l'autre, et faire en sorte que
sa victime ne puisse jamais s’en sortir, ne serait-ce que pour
l'empêcher de témoigner contre lui.

Paranoïa



À leur personnalité perverse et narcissique peut parfois se superposer
une composante paranoïaque. À force de duper les gens, le pervers se
doit d’être de plus en plus secret et d’être de plus en plus sur ses
gardes. Il se confie de moins en moins. À un moment clé, il peut se
révéler d’une hyper-susceptibilité maladive. Il vit dans une suspicion
constante et une prudence extrême, qu’il dissimule profondément. Sa
paranoïa apparaît alors décupler son intelligence, lui fournissant
alors un extraordinaire regain d’énergie combative.

« Esprit mesquin »



On est parfois surpris de découvrir, derrière son apparence généreuse,
brillante, très intelligente, un esprit mesquin, terriblement jaloux,
rancunier, vengeur, d'une indéniable petitesse morale. Ses buts «
nobles » et « généreux » se révèlent alors nettement moins nobles qu’il
n’y paraissait au premier abord. Il semble en effet (et c’est ce qui
apparaît à l’analyse) aimer se venger discrètement, sans témoin, sans
que la victime s’en rende compte et il savoure le plus souvent sa
vengeance en solitaire. Et c’est une des raisons pour lesquelles sa
conduite peut paraître parfois secrète, indéchiffrable ou déroutante.



Si sa victime lui a résisté et lui a fait un affront, il pourra «
s’amuser », par exemple, à lui envoyer une lettre d’anniversaire
incompréhensible, à une date éloignée de la date d’anniversaire, cette
action incongrue étant à ses yeux une « bonne plaisanterie », dont il
sera d’ailleurs le seul à rire ou à jouir.



Ce genre de comportement paraît parfois être l'indicateur d’un début de
psychose ou de démence précoce, en tout cas d’une réelle forme de
maladie mentale, mais pas nécessairement.

Narcissisme criminel



Terme imaginé par Daniel Settelen, psychiatre, et Denis Toutenu,
psychiatre, dans leur livre « L'affaire Romand : le Narcissisme
criminel », consacré au cas de Jean-Claude Romand, qui décrit la
personnalité du pervers narcissique au moment où il passe à l’acte
criminel.

Psychogénèse et enfance



Souvent, le pervers narcissique est quelqu'un qui n'a jamais été
reconnu dans sa personnalité propre, qui a été victime d’investissement
narcissique important de la part de ses parents et qui a été obligé de
se construire un jeu de personnalités (factices), pour se donner
l'illusion d'exister et être conforme à l’image narcissique voulue par
les parents.



Le pathologie de l'enfant s'est trouvée induite par les exigences
narcissiques de son entourage familial et scolaire. Une fois adulte, le
narcissique a poursuivi sur sa lancée, instrumentant, tout en en
souffrant, l'aveuglement de son entourage.



Certaines carences affectives dans l’enfance peuvent aussi l’empêcher, à l’âge adulte, d’aimer autrui.



Il a pu subir aussi, durant son enfance ; des blessures narcissiques,
plus ou moins importantes. Ces blessures le pousseront à satisfaire,
sans cesse, un énorme désir de reconnaissance ou de revanche. Il a
alors un besoin énorme d'être aimé, reconnu, surévalué, surestimé par
rapport à ce qu'il est réellement.



Il peut être l’enfant surprotégé, chouchouté, le petit dernier (à
l’exemple du jeune Abdallâh, des albums de Tintin), statut dont il
profite à fond, un de ces enfants qui profitent sans cesse de
l'aveuglement de ses parents sur sa véritable nature (en se faisant
passer pour le petit malade souffreteux, pour la victime imaginaire des
professeurs, du frère ou de la sœur). En particulier l’enfant unique,
tant attendu, conçu tardivement…, qu’on dorlote alors d'autant plus. Ou
simplement un de ces enfants gâtés, à qui ont n’a pas appris à résister
à leurs désirs et leurs frustrations.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathy
Fouine admin
Fouine admin
avatar

Nombre de messages : 7467
Localisation : dans l'Essonne
Citation : Ne juge pas sur des apparences
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Anciens faits divers   Dim 20 Avr 2008 - 9:31

suite................



De fait, le pervers narcissique est sans cesse amer, frustré et accuse
systématiquement les autres. A la moindre blessure narcissique, à la
moindre frustration il bascule dans la haine et passe à l’acte.



Dès leur enfance, ces pervers sont souvent doués d'une intelligence
supérieure à la moyenne, voire redoutable, machiavélique, leur
permettant déjà d'élaborer des pièges ou des stratégies très subtils.
Tôt, ils peuvent déjà abuser leurs parents et leurs amis. L’enfant,
plus intelligent, plus psychologue, que les parents l’imaginent,
phagocyte littéralement la mère ou le père (une mère ou un père
complice ou bien qui ne se doute de rien), dans une relation
littéralement fusionnelle qui empêche les parents d’avoir un recul
suffisant.



Sa biographie personnelle (son histoire) est importante à ses yeux car
elle justifie, plus que toute chose, sa philosophie de vie et son
comportement actuel.

Les pervers narcissiques sont-ils fous ?



Selon Marie-France Hirigoyen, « Les pervers narcissiques sont
considérés comme des psychotiques sans symptômes, qui trouvent leur
équilibre en déchargeant sur un autre la douleur qu'ils ne ressentent
pas et les contradictions internes qu'ils refusent de percevoir. Ils
«ne font pas exprès» de faire mal, ils font mal parce qu'ils ne savent
pas faire autrement pour exister. Ils ont eux-mêmes été blessés dans
leur enfance et essaient de se maintenir ainsi en vie. Ce transfert de
douleur leur permet de se valoriser aux dépens d'autrui. » ("Le
Harcèlement Moral", page 126).



En général, on ne les considère pas comme complètement fous, car ils
sont capables de maîtriser et de calculer leurs actes. Ils ne sont pas
irresponsables en particulier sur le plan pénal. Toutefois la question
n’est pas tranchée.



Les psychologues voient éventuellement dans le narcissisme, quand il
est excessif, une « maladie », une addiction (le « malade » est
parfaitement conscient de sa maladie, mais la minimise, ne peut pas
changer ou ne cherche pas à changer), et non une folie.



Au pénal, les pervers narcissiques ne bénéficient généralement pas
d’une responsabilité altérée ou atténuée, comme on l’a vu dans le
procès de Jean-Claude Romand : Le pervers connaît la loi et il est
conscient de ce qu’il fait (simplement, il le fait quand même par défi,
par jeu, pour le frisson). Donc il reste responsable de son choix (en
tout cas, il semble être responsable pénalement).



Mais le pervers narcissique lui-même se considère souvent comme «
irresponsable » de ses actes. Ce qui rappelle la litanie des « ce n'est
pas ma faute, et ce n'est pas ma faute … » du Vicomte de Valmont
annonçant à Madame de Tourvel qu’il va rompre d’elle dans le roman "Les
Liaisons dangereuses" de Pierre Choderlos de Laclos. (lettre CXLI)

Le pervers narcissique ne se considère pas comme malade



Le problème, c'est que le pervers narcissique refusant de considérer
qu'il a un problème, les thérapies n'ont pas de prise sur lui.



S'il accepte de s'y soumettre (pour pouvoir dire qu'il a fait "tous les
efforts possibles"), il va vite considérer le thérapeute comme nul et
incompétent et la thérapie comme totalement inutile. Peut-être aussi
d’ailleurs a-t-il très peur de découvrir certaines vérités
désagréables, sur lui-même (le fait qu’il ne soit pas si magnifique que
ce qu’il imagine).



Pour la plupart des témoins de leur comportement étrange, il est très
difficile de comprendre les pervers narcissiques car la littérature
psychiatrique ne décrit, le plus souvent, que le mécanisme mais pas
leurs motivations profondes (comme celle se s’enfermer systématiquement
dans un mensonge, ou le fait de sans cesse rebondir d’un mensonge à
l’autre). On ne fait que des supputations...

Quelle évolution pour le pervers narcissique ?



Le pervers narcissique peut-il remédier à son « vide », à son absence
d’intérêt pour les autres, cesser de projeter vers les autres une
personnalité qui n’est pas la sienne ?



En réalité il est extrêmement rare qu’il change ou veuille changer
d’attitude ou de valeurs morales. Car les gains que lui ont valu cette
attitude sont souvent très importants et très gratifiants pour lui
(admiration, célébrité, pouvoir…). On ne pourra pas changer un pervers
narcissique par un « discours rationnel » car la quête perpétuelle de
pouvoir est un moteur puissant et une source intarissable de plaisir,
une véritable drogue dure.



Pour qu’il puisse changer, il faudrait qu’il subisse des chocs violents
et des épreuves très importantes, susceptibles, par exemple, de
déstabiliser la très haute conception qu'il a de lui-même, et surtout
le convaincre qu'à la longue l'efficacité de ses mensonges et de ses
tactiques s'est émoussée. C’est seulement ainsi qu’on pourrait espérer
le voir, peut-être, un jour (?), évoluer favorablement. À vrai dire
cela n’arrive presque jamais.



Mais en laissant espérer à son entourage, souvent aveugle, pareil
changement, le pervers narcissique renforce son pouvoir. En donnant à
ses victimes l’impression de chercher sincèrement à s’amender, il
endort leur méfiance et en fait plus aisément ses dupes.



De fait tout effort d’amélioration personnelle lui paraît dérisoire
voire ridicule, et il craint surtout d'avoir tout à y perdre - sa
force, son pouvoir, le respect qu’on lui porte - avec le risque
supplémentaire de se faire duper à son tour.

La relation du pervers-bourreau, et de sa victime



La logique perverse ignore le respect de l'autre. Autrui n'existe pas,
il n'est pas entendu, il est seulement utile. Le pervers a besoin de
l'énergie de certaines personnes pour combler le vide de sa propre
existence. Mais pour cela il lui faut les soumettre.

_________________
~~ Bisous de Kathy ~~
**La roue tourne toujours ... tout finit toujours par se savoir ... les secrets sont illusoires !**

http://www.myspace.com/melly_orchidee
Aussi sur Facebook !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anciens faits divers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anciens faits divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» 25 octobre... Faits divers
» 6 novembre.. Faits divers
» 27 novembre... Faits divers
» 19 avril... Faits divers
» Faits divers. Course poursuite fatale près de Lyon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Enfants de l'Orchidée :: Discussions :: Faits divers-
Sauter vers: